Vous naviguez dans EroticFeel France depuis États-Unis et nous avons une page web spécifique pour votre pays. Nous ne livrons pas à États-Unis par le biais de cette version, pour cela vous devez changer de version. Voulez-vous continuer à naviguer dans EroticFeel France ou préférez-vous changer pour le site de États-Unis ?

Du sang et du sexe, le meilleur plan pour ce vendredi 13

Du sang et du sexe, une combinaison parfaite pour un rendez-vous nocturne.   « Black Christmas » (ou « Un Noël Tragique ») (1974), « Massacre à la tronçonneuse » (1974), « Halloween : La Nuit des masques » (1978), « Vendredi 13 » (1980) et, bien sûr, « Les Griffes de la nuit » (1984) ; ce sont seulement quelques-uns des films classiques qui ont jeté les bases du sous-genre d’horreur qui nous occupe, des films qui peuvent vous jeter aux bras de votre partenaire de canapé en raison d’une poussée d'adrénaline et de peur. Des bandes de jeunes adolescents (attirants, bien sûr) à l'intelligence douteuse, des ados sous hormones qui font face à un assassin psychopathe qui a du charme et qui veut les tuer à cause d’un affront antérieur, parce que c'est un malade mental, parce qu’il est fou à lier ou tout simplement parce qu’il passait par là. Le truc c'est qu'il y met beaucoup d'efforts. Nous parlons, évidemment, du slasher et si l’on a appris quelque chose de ce sous-genre cinématographique d’horreur, outre le fait que ce n'est pas un bon présage d'être blonde, noir ou shérif, c’est que le sexe précoce et à risque entraîne la mort. Sexe égal à mort, première leçon.

Les films d’horreur, pourquoi haïssent-ils le sexe ?

Ok, la haine, la haine…, c'est beaucoup dire, car c’est difficile de trouver un film d'horreur, surtout ceux tournés entre les années 80 et 90, qui ne contienne pas une ou plusieurs scènes de sexe. Mais outre les films d’horreur érotiques (si cela existe) avec des titres suggestifs tels que « Lesbian vampire killers » ou « Zombie Strippers », la scène suivante a lieu dans des nombreux films slasher : Un groupe d’adolescents, ils courent à travers la forêt, sous la pluie, fuyant; la caméra fait la mise au point sur une fille dont les vêtements sont tellement mouillés que son corps commence à transparaître dessous, oh mon Dieu, quelle malchance ! C’est sa sentence de mort. Celle qui survivra jusqu’à la fin du film est la fille brune, plus discrète et pudique, celle qui reste pure, même si son petit ami insiste (au fait, le petit ami mourra aussi, à cause de son insistance, l’incitation au sexe et le fait qu’il était vraiment agaçant). Tout très moralisant.

Une autre scène. Une maison, quelqu’un observe de l’extérieur enveloppé dans l'obscurité et s’approche de la fenêtre. Un couple d’ados flirte dans le canapé. Ils écoutent un bruit mais leur envie est plus fort et ils montent dans la chambre. Celui qui observe prend son temps, entre dans la maison, allume la lumière de la cuisine, ouvre un tiroir et prend un couteau (non, il ne l’avait pas apporté). Très lentement, afin d’augmenter la tension des spectateurs, il avance vers le palier. À ce moment-là, c’est le garçon qui descend et quitte la maison sans avoir vu l’intrus. On comprend que la fille est restée toute seule à l’étage supérieur. Ensuite, l'inconnu monte et entre dans la pièce. Le lit est défait et la fille se brosse les cheveux, avant de pouvoir se défendre, il la poignarde brutalement. Parce qu’elle était une salope, bien sûr.

Et alors, pourquoi est-ce une bonne idée de regarder des films d’horreur en couple ?

Il semble qu’à la télé le sexe soit condamné, mais quand on regarde un film d’horreur en couple le sexe est assuré. Ceci est confirmé par une étude publiée dans 'Psychology Today’ qui assure que la peur et l'anxiété augmentent l'attraction physique. Lorsque nous regardons des films d'horreur, notre cerveau libère de la dopamine, le neurotransmetteur qui régule la motivation et le désir.

Donc, d'accord, le cinéma d'horreur soutient que tous ceux qui ont des rapports sexuels mourront, mais y a-t-il une meilleure façon de le faire ? Ne vous endormez pas ce soir, mais faites-le par plaisir et pas par peur.