Vous naviguez dans EroticFeel France depuis États-Unis et nous avons une page web spécifique pour votre pays. Nous ne livrons pas à États-Unis par le biais de cette version, pour cela vous devez changer de version. Voulez-vous continuer à naviguer dans EroticFeel France ou préférez-vous changer pour le site de États-Unis ?

Journal de confinement au temps du COVID

EroticFeel 15/05/2020

Jour 1 - Nouvelle normalité

Oula, je suis tellement ravi ! C'est vrai que j'ai encore beaucoup de doutes et qu'après la conférence de presse du président pour expliquer les phases du déconfinement, j'ai lu soigneusement tous les journaux en cherchant comme un fou ce qui m'intéressait, mais je ne sais pas encore quelle est la phase de baiser. Ils nous montrent de nombreux graphiques et nous racontent de nombreuses histoires pour expliquer aux gens quand ils pourront aller dans les magasins et les bars et il s'avère que personne ne pense à demander quelle place le sexe occupe dans la « nouvelle normalité ». Comme on pourra aller sur une terrasse avec un pote mais pas monter chez lui, je suppose que la solution est claire. Ce sera une renaissance parfaite vers la vie. Après deux mois de masturbation dans l'intimité, j’ai envie de tirer un coup en plein air maintenant. J'imagine des rues pleines de couples, de petites orgies (pas plus de quatre personnes par mesure de sécurité), des hommes et des femmes avec des masques et des gants en latex en tâtant, en frottant, en se réconciliant avec le plaisir du toucher, du contact avec un autre corps. Pas de baisers, évidemment, mais ce n'est pas si étrange, nous l'avons déjà vu dans Pretty Woman.

Je suis presque prêt, c'est vrai que ces dernières semaines j'ai perdu du bronzage et aussi du poids. J'ai vu comment d'autres ont consacré leur temps à devenir gros grâce à des gâteaux et du pain maison, j'ai été occupé par d'autres activités. Je n'ai pas mis de l'argent de côté non plus. Ce que je n'ai pas dépensé pour la levure, j'ai investi dans le lubrifiant et je peux dire que les choses vont beaucoup mieux. Je me servais de la crème hydratante de ma mère à l'adolescence et ce n'est pas la même chose. A la fin, elle finissait par former une masse blanchâtre et collante avec l'odeur de Nivea qui me trahissait toujours.

Je me regarde dans le miroir, je n'ai pas eu les cheveux aussi longs depuis que j'ai voulu imiter Nick Carter des Backstreet Boys. Oui, nous avons tous un passé. Barbe, cernes sous les yeux (le Hugo et moi avons passé de belles nuits d'insomnie et d'extase), je suis à mi-chemin entre un programmeur et un junkie des années 80, et c'est vrai, le jogging n'aide pas non plus. Il est temps de revenir au jeans. Je suis nerveux, « tu peux toujours rentrer chez toi avec ton arsenal érotique, sois tranquille », je me dis pour me tranquilliser, « tu l'as déjà fait, ce n'est rien de nouveau ». C'est ce qu'a dû ressentir Arthur Dent, le protagoniste de « Le Guide du voyageur galactique », même s’il y a tant d'années que je n'ai pas lu ce livre que je ne m'en souviens presque plus. Je pourrais le laisser pour demain et le relire. Non ! Je pense à Hugo, je suis si nerveux que je ne pourrais même pas faire rentrer une sonde urétrale dans n’importe quel orifice en ce moment. Qu'est-ce qui m'arrive ? Je fais le compte : gants, masque, gel hydroalcoolique et caleçon propre (pour l’instant). Le jour est venu, je sors dans la rue.

 

 

Semaine 4 

J'ai commencé à distinguer les visages dans les nuages et chaque fois que je fais une sieste, je rêve du moment où je prends un verre et embrasse le serveur du bar en bas. Nous apprécions peu les serveurs quand nous les voyons tous les jours ! J'ai découvert aussi qu'il existe une grande variété de programmes sur le meurtre (couples de tueurs, tueuses, voisins tueurs, enfants tueurs, le tueur d'à côté) et j'ai placé la commode en bloquant la porte d'entrée. J'ai été un peu en sursaut quand ils m'ont apporté le nouveau paquet et j'ai fait attendre le livreur alors que je déplaçais à nouveau le meuble et que je vérifiais par le judas qu'il n'y avait pas d'armes.   Mais la peur en valait la peine. Après avoir beaucoup médité, j’ai décidé de me jeter à l’eau. Je ne pouvais pas supporter que le monde se termine sans connaître l'un de ces orgasmes dont ils parlent tant. J'ai refermé la porte et déballé mon Lelo Hugo, un stimulateur de prostate avec télécommande. Des nerfs, de la sueur, de l’excitation, du désir, et finalement une explosion qui m’a laissé absolument accablé. Je me suis endormi comme un bébé, pas de cauchemars ou quoi que ce soit...   

 

 

Semaine 3

En ventilant ma chambre (parce que suivre la quarantaine est une chose, mais créer de nouveaux organismes dans ma propre maison en est une autre), j'ai regardé par la fenêtre et j'ai vu le père des jumeaux qui habite de l'autre côté de la rue et il regardait en bas comme s'il voulait sauter. Comme j'ai décidé d'essayer quelque chose de nouveau chaque jour, j'ai nettoyé l'arrière du frigo et maintenant, je vais essayer l'œuf Tenga que vient d'arriver chez moi. Quand je me suis préparé à l'utiliser, « Vive la France » a commencé à sonner à son maximum et j'ai pensé que c'était un bon présage. Au premier contact, la texture me rappelait un peu le slime avec lequel je jouais quand j'étais enfant, mais quand la chanson de Les Musclés a arrêté de jouer, tout a pris un ton plus excitant. Vous vous souvenez de cette scène dans « American Pie » où le mec s'amuse avec la tarte aux pommes ? S'il avait eu une de ces merveilles, il aurait su que la nourriture n'est pas quelque chose avec laquelle on peut jouer. C'était fantastique. Quel est l'inconvénient ? Qu'en essayant de le réutiliser, je l'ai cassé. Mais peu importe, demain je vais commander une demi-douzaine.

 

 

Semaine 2

Je suis sorti pour acheter le pain et je me suis senti comme Will Smith dans « Je suis une légende ». Je rentre chez moi, dans le vestibule je rencontre un voisin que je n’avais pas vu depuis le début du confinement. Il tire désespérément un petit carlin qui ne comprend pas pourquoi il doit tant se promener maintenant s’il aime se frotter le cul sur le tapis du salon et s'endormir.   Dès que je rentre chez moi, quelqu'un sonne la sonnette. Il me fait sursauter, mais heureusement ce n'est pas la Faucheuse, mais le Satisfyer Men Heat que j'avais commandé hier. Après avoir lu un millier de critiques et de commentaires sur les meilleurs sextoys, j’ai pesté contre mon manque de clitoris et j'ai décidé de choisir la chose la plus proche d'un vibromasseur à effet succion que je pouvais trouver dans le catalogue. La chose la plus innovante que j'avais essayée dans le domaine de la masturbation a été la fois où ma main s'est endormie et j'ai pratiqué ce que mes amis appellent « la technique de la main endormie ». Je ne peux dire qu'une chose, c'est vraiment incroyable. Avec cela j’ai assez de divertissement pour quelques jours, parce qu'aujourd'hui j'ai essayé deux modes de vibration parmi les 70 qu'il en a. La semaine promet.  

 

 

Semaine 1

Maudits soient les pimbèches et mièvres qui peuplent le monde. Je suis resté enfermé chez moi pendant trois jours, en profitant du temps ? Je dirais bien non, mais voyons... Dormir, mettre Netflix sur la télévision, recommencer cinquante-six fois ce livre que j'avais juré de lire quand j'avais le temps, ouvrir le frigo et le fermer, penser : et si j'en profite pour faire le ménage ? Écarter l’idée (il y aura du temps), regarder le portable (j'ai compté 273 messages de WhatsApp depuis que j'ai arrêté de les ouvrir), chercher sur YouTube une vidéo sur comment faire du yoga à la maison (mauvaise idée, j’ai une crampe dans le dos et je ne peux pas aller aux urgences), ouvrir et fermer le frigo, cherchez sur Youtube une vidéo sur comment jouer de la guitare (mauvaise idée, je n'ai pas de guitare), prendre une demi-heure pour décider si oui ou non je dois prendre un ibuprofène pour la douleur que la crampe m'a causé (un message de WhatsApp est arrivé prédisant ma mort si je le faisais), ouvrir et fermer le frigo, me mentir a moi-même sur la somme d'argent que j'économiserai si je ne peux pas sortir de la maison (j'ai même une brosse de toilette dans mon panier d’Amazon), et récupérer les callosités de ma main que j'ai dû travailler si dur et si longtemps pour les atteindre au lycée. Ensuite, je fais quelque chose que j'avais juré d'éviter et j'ouvre Facebook. Et oui, mes amis, vous voilà avec vos citations motivantes, vos vidéos inspirantes et vos photos du confinement comme si vous étiez le Comte de Monte Cristo.

C’est trop. Je vais me laver les mains (dans cet acte, il y a aussi de l'héroïsme) et profiter de ce qui reste. Combien de temps encore ? Deux, trois ou quatre semaines de confinement ? C'est bien assez de temps pour regarder la trilogie de Star Wars et devenir le nouveau Michael Douglas du sexe.