La plus salope de toutes

Sara Martínez 25/09/2020

Porter une jupe courte ou avoir un décolleté, parler fort, se distinguer au travail, dire quelque chose de gênant, exprimer son opinion ou se taire, resquiller au supermarché, il y a de nombreuses raisons d'être une pute. Des congressistes, des femmes politiques de rang supérieur ou inférieur, des femmes arbitres de football (ce sont aussi souvent des salopes et des putains, et elles auraient dû rester à la maison à baiser, pardon, à laver), les journalistes, les docteures, et même votre voisine. Levez la main toutes celles qui n'ont jamais été des salopes pour qui que ce soit, toutes celles qui n'ont jamais entendu dire « elle est une salope » ou toutes celles qui n’ont jamais dit ouvertement « tu es une pute ». Pour aller un pas encore plus loin, celle qui n'a jamais prononcé le mot pute en vain jette la première pierre, contre une camarade de classe, contre une collègue, contre la meuf qui a volé votre petit ami à 17 ans ou contre cette fille qui, disons-le clairement, était infiniment plus jolie que vous et évidemment une salope. La vie est très longue et les chances d'être une pute se multiplient.

C'est vrai que le monde des insultes est riche et varié : folle, hystérique, morue, salope, pute, sorcière, chienne, pétasse, catin, mais salope remporte la palme, c'est le plus cool. Et attention, ne vous y trompez pas, lorsqu'en 2014, des milliers de supporters d'une équipe espagnole ont crié à Piqué « Shakira est une pute », leur intention n'était pas d'informer le joueur que sa partenaire avait des relations sexuelles pour obtenir de l’argent, mais de l'offenser en l'utilisant. Parce que la pire chose que l'on puisse dire à un homme, c'est que sa femme est une pute (ce n'est pas bien vu non plus d'appeler une mère ou une sœur une pute), elles sont une propriété, et le fait de suggérer qu'elles peuvent papillonner, danser, décider par elles-mêmes, parler, mine bien sûr sa masculinité.

Quand la journaliste Salhia Brakhlia a été traitée de « grosse pute » lors d'une interview pour avoir posé des questions gênantes aux Gilets jaunes, ils ne critiquaient pas le fait qu'elle combinait son salaire à la chaîne TMC avec quelques heures supplémentaires dans la rue Saint-Denis, ils étaient enragés parce qu'elle ferait mieux de se taire. Silencieuses, mais pas trop. Il suffit de leur demander comment s'est passée leur journée et seulement si vous leur apportez leurs pantoufles, leur cigare et leur verre de cognac. Bien que selon certains, « les rois ne devraient jamais coucher avec des putes, mais avec des dames, parce que les dames se taisent et les putes disent tout », nous sommes donc confuses, car apparemment il y a des putes qui sont plus bavardes que d'autres.

Le langage est curieux, car selon Frédéric Dard, « il existe trois catégories de femmes: les putes, les salopes et les emmerdeuses. Les putes couchent avec tout le monde, les salopes couchent avec tout le monde sauf avec toi, les emmerdeuses ne couchent qu'avec toi. » Chaque chose à sa place. La langue n'est pas sexiste, raciste ou homophobe, c'est juste un outil. Personne ne s'étonne que les entreprises dépensent des milliards en campagnes de marketing, en image de marque ou en un slogan parfait, qu'elles recherchent et se soucient de tout ce qui est dit sur elles. Parce que le langage est pouvoir, une façon de glorifier ou d'humilier, de posséder ou de libérer, d'exalter ou de dénigrer.

Vous naviguez dans EroticFeel France depuis États-Unis et nous avons une page web spécifique pour votre pays. Nous ne livrons pas à États-Unis par le biais de cette version, pour cela vous devez changer de version. Voulez-vous continuer à naviguer dans EroticFeel France ou préférez-vous changer pour le site de États-Unis ?