Le point G est-il la Meryl Streep du casting ?

Eh bien, le moment est venu de s'attaquer à ce problème. Aussi controversé que la fin de « Les Soprano » ou l'amour entre Sam et Frodo, le point G a rempli des centaines de pages plus ou moins sérieuses et a été traité comme le Saint Graal, la pierre philosophale du plaisir. Ses défenseurs soutiennent qu'il n'y a rien de semblable (pour ces témoignages, rien de tel que de recourir à des histoires à la première personne racontées avec beaucoup de détails dans de vieux magazines pour adolescents), et ses détracteurs dissent qu'il s'agit d'un mensonge inventé sans rigueur scientifique. Bouton magique, zone particulièrement sensible, ou mythe millionnaire ? Faut-il le chercher à l'intérieur du vagin ou est-ce une tâche beaucoup plus mystérieuse ? Si les scientifiques, les obstétriciens et les gynécologues ne sont pas d'accord, il est peu probable que nous le soyons. Nous avons fait le test empirique (plus ou moins), sur la base d'une enquête rapide dans notre bureau. Conclusion : les informations sexuelles et anatomiques auxquelles nous avons accès, bien que vastes et variées, présentent de trous profonds. Où est le point G ? Y a-t-il un orgasme clitoridien et un orgasme vaginal ? Le point G est-il une loterie qui vous pouvez ou non gagner à un moment donné de votre vie ?

Allons à la source : le père de la psychanalyse avait déjà divisé les femmes et leurs différentes voies de plaisir en arguant qu'il y avait des orgasmes vaginaux et des orgasmes clitoridiens. Il ajoutait que les premières orgasmes étaient typiques des femmes mûres et épanouies alors que les secondes n'étaient vécues que par des adolescents encore sous-développes. Génial, quoi. Dans les années 1940, le médecin allemand Ernst Gräfenberg a découvert une zone érogène dans la paroi antérieure du vagin, autour de l'urètre, qu'il a mise en relation avec l'orgasme et l'éjaculation féminine dans son article « The role of the urethra in female orgasm » (International Journal of Sexology, 1950 ; 3 : 145-148). Dans les années 80, quand Gräfenberg était déjà en train de manger les pissenlits par la racine, les docteurs Ladas, Whipple et Perry ont repris le sujet et ont nommé la zone Point Gräfenberg (en bref point G, parce que Gräfenberg était très long et faisait une mauvaise impression dans les gros titres).

Point G, réalité ou mythe millionnaire ?

Et une fois qu'il a été nommé, il est évident qu'il existe déjà, alors la fête peut commencer. « Trouvez votre point G en trois étapes faciles », « Cinq positions pour atteindre le point G », « Astuces pour stimuler le point G », ou « Point G : trouvez-le de toute façon ». Si vous ne savez pas comment remplir les pages ou si vous avez besoin d'une nouvelle sur Internet qui reçoive des millions de visites, le point G n'échoue jamais. C'est la Meryl Streep du casting, c'est le bon choix. Les instructions pour le trouver varient également. Pour l’instant, nous avons vu que vous pouvez le trouver à une distance d’entre 3 et 5 centimètres de l'ouverture du vagin, entre 3 et 6, et entre 5 et 8 (pratiquement dans la gorge).

Les études menées sur le sujet n'apportent pas non plus beaucoup de lumière. Pour certains, il n'existe pas directement. Pour d'autres, c'est une zone parfaitement définie. Et certains soutiennent qu'en exerçant une pression sur l'avant du vagin, il est possible d’atteindre les structures internes du clitoris. La chose la plus exotique que nous avons lue est que le point G serait la prostate non développée de l'anatomie féminine à cause de l'absence du chromosome Y, et ce qui est plus dangereux, l’existence de chirurgies visant à améliorer la sensibilité du point G (c'est peut-être trop).

Dans tous les cas, ses défenseurs les plus féroces recommandent de le chercher en position couchée et d'insérer un doigt dans la position « viens ici ». Certaines positions sexuelles, comme la femme au-dessus ou la femme allongée sur une table et l'homme qui la pénètre debout, contribueraient également à stimuler le point G, ainsi que, bien sûr, les sextoys. Il existe toute une gamme dans l’industrie des jouets érotiques destinée à cette fin. Quel est notre conseil ? La recherche du plaisir ne sera jamais une perte de temps, et en plus, il existe de fantastiques vibromasseurs pour point G à effet succion clitoridienne intégrée (au cas où). Nous avons beaucoup de zones érogènes. Profitez de chacune d'entre elles et ne perdez pas votre temps dans une recherche éternelle de l'Arche d'alliance. Comme l’affirme Sheryl A. Kingsberg, professeure au département de biologie reproductive de l’université Case Western (États-Unis), la localisation du point G devrait être dans le cerveau, et non dans le vagin. Après tout, c'est la zone érogène la plus puissante que nous avons.

Vous naviguez dans EroticFeel depuis États-Unis et nous avons une page web spécifique pour votre pays. Nous ne livrons pas à États-Unis par le biais de cette version, pour cela vous devez changer de version. Voulez-vous continuer à naviguer dans EroticFeel ou préférez-vous changer pour le site de États-Unis ?